Depuis que je m'intéresse aux aventuriers du Sun Trip 2013, je découvre à travers le WEB tout un monde de grands voyageurs et nomades en tous genres qui au travers de leurs blogs nous font partager leur expérience du voyage, en stop, à vélo, à pied, en fourgon. Des voyages qui durent parfois très longtemps, des périples fantastiques...

Certains, parcourent le monde accompagnés de leurs enfants. En classe de Terminale, ma fille avait une amie scolarisée pour la première fois cette année-là. Sur les routes au moins 6 mois par an, elle avait suivi toute sa scolarité par le CNED et voyagé dans plus de 150 pays avec ses parents. C'était une jeune fille brillante, ouverte, et bien loin du consumérisme. 

Nous n'avons pas fait ce choix de vie, et vivant une stabilité professionnelle depuis très longtemps, je n'appréhende pas bien les ressorts économiques qu'il faut mettre en oeuvre pour adopter ce mode de vie. Néanmoins, j'éprouve une forme d'admiration devant ce modèle, et je suis convaincue du bonheur des enfants et de leurs parents à voyager ensemble.

Séparément ou ensemble, lorsque nous étions jeune, mon mari et moi avons saisi chaque occasion de voyager en mode sac à dos, (Norvège, Madagascar, Vénézuéla, Tunisie.. etc), de randonner à pied ou à ski,  ou faire des stages sportifs avec l'UCPA. En couple, il n'y avait pas un week-end sans rando, vélo, voyage, resto, ciné, copains.

Thierry et Yannick (alias Cool) en voyage en bateau  Dans les Bardeñas Reales

 

Ma première grossesse, survenue quelques mois avant la date que nous envisagions, a interrompu un projet de treck de 15 jours en Islande en totale autonomie. Nous avons changé nos vacances pour un parcours de la Corse, plus calme, en voiture et camping. C'était la première concession faite à la maternité.

L'arrivée d'un bébé est un bouleversement important, et ce n'est pas facile de freiner ses activités. Même si j'adorais mon bébé, à l'issue du congés de maternité, j'ai éprouvé le besoin de partir 8 jours avec un groupe en randonnée dans les Pyrénées espagnoles, en le confiant aux bons soins de Papa.  Deux mois plus tard, c'est Papa qui est parti avec des copains randonner à skis dans le massif des Tatras, en Tchéquie. Pendant les premiers mois, nous avons ainsi alterné les sorties en solitaire, chacun sa séance de ciné, chacun sa rando. 

Mais très vite nous avons eu envie d'inclure "bébé premier" et plus tard "bébé second", dans nos activités. Il y a eu le vélo avec siège enfant ( j'en ai parlé dans un article précédent) mais aussi la rando en montagne avec bébé sur le dos, et même à 7 mois un bivouac en montagne pour une observation du ciel pendant la nuit des étoiles filantes, avec bébé et son lit pliant dans une cabane.

Au sommet du Péguère, 1994.

Durant les premières années, nous nous accordions encore 4 à 5 jours par an en couple, pour faire une randonnée en montange sportive et en autonomie. Mais très vite, nous avons organisé avec des amis qui avaient eux aussi des enfants en bas age des randos en famille sur plusieurs jours, avec nuitée en refuge, et nous n'avons plus rien fait sans les enfants. Bien sûr, il a fallu s'adapter. Avec des enfants, les parcours doivent être moins difficiles, le rythme est plus lent, et il faut parfois créer une émulation pour les motiver. Les parents doivent avoir les épaules solides pour porter plus de matériel, se confronter à une logistique importante, prévoir et organiser davantage. Cependant, faire suivre les enfants dans l'aventure ou le voyage est non seulement possible, mais cela a toujours été pour nous un réel bonheur.

Nous avons fait peu de voyages lointains avec eux, essentiellement pour des raisons économiques. Notre périple en transsibérien reste un moment inoubliable. C'est un voyage facile et sûr, que je recommande absolument avec des enfants.

Dans le transsibérien.

Nos albums sont remplis de photos d'enfants et de parents rayonnants en montagne, en voyage, en vacances. Ne pouvant remplir cet article de photos, j'en ai sélectionné quelques unes que j'aime particulièrement dans un album à part,

Aujourd'hui les enfants sont majeurs. Ils ont leur vie, leurs amis, leurs propres vacances, Ils ont quitté la maison pour leurs études et mon mari et moi, nous retrouvons une vie de couple. La rupture n'a pas été facile au début, mais il faut avouer que nous nous réadaptons et retrouvons le plaisir d'organiser nos activités sans contraintes. Pour la première fois depuis de longues années, nous faisons des projets de vacances pour l'été (notre raid en vélo solaire) d'où les enfants sont exclus. Ce n'est pas un problème, car ils ont chacun leur propre projet, mais pour eux comme pour nous, il y a comme un pincement au coeur à ne pas faire les choses ensemble, et je pense que notre fille en tout cas, aurait bien aimé se joindre à un tel projet. Si nous avons le bonheur de participer au Sun Trip 2015, cela coïncidera avec la période où notre fils passera des concours importants pour la suite de ses études, où il devra changer d'école et probablement de région. Je regrette déjà et me culpabilise de ne pas être là pour le soutenir dans ses projets, mais je pense néanmoins qu'à 20 ans, il sera en mesure de se débrouiller seul.

En conclusion, je pense que les enfants ont besoin que les parents s'occupent d'eux, s'intéressent à eux et les intègrent dans leur univers, plus que d'horaires stricts, de confort, d'habitudes régulières, Certains pensent qu'il n'est pas utile d'amener les enfants dans des voyages dont ils ne garderont pas le souvenir. Peut-être en effet qu'en dehors des photos, ma fille ne se souvient pas avoir vu une éclipse solaire totale en Guadeloupe à l'age de 4 ans, ou que mon fils a oublié qu'il a fait l'ascencion du Taillon (3144m) à l'âge de 6 ans. Mais je suis sûre qu'ils en gardent le sentiment qu'ils n'ont pas été pour nous une charge, mais au contraire notre plus grand bonheur. Et également que le monde est beau, vaste, diversifié, et qu'il mérite d'être respecté et préservé. J'en suis sûre car aujourd'hui, nos enfants sont des adultes responsables, intelligents, cultivés, ouverts et pleins d'humour. Ils sont ma plus grande fierté et ma plus belle réussite.