Yannick m'a offert mon premier VTT en décembre 1992. Je m'en souviens très bien car j'étais enceinte de 8 mois. Je n'ai pas pu résister à l'envie de l'essayer et j'ai monté la côte bien raide à côté de chez moi, avec les genoux qui cognaient mon gros ventre (mauvaise mère!).

Puis tout de suite après la sortie de la maternité, entre deux tétées et pendant que mamie s'occupait de bébé, nous sommes allés l'essayer dans les chemins. Je me souviens encore du sentiment grisant de liberté et de légèreté. Je suis rentrée inondée de mon lait et après ça mes seins se sont taris... il a fallu passer au biberon (très mauvaise mère!). Comme quoi, VTT et allaitement ne sont pas compatibles.

Puis assez vite nous avons mis bébé sur notre vélo, en adaptant nos parcours évidemment. 

J'adore cette photo!

Puis le petit frère est né et la grande a eu son premier vélo. Évidemment, nous n'allions pas très loin. À l'époque les barres de traction pour vélo enfant n'étaient pas répandues et je regrette de ne pas avoir essayé ce système, à mon avis très intéressant.

En famille sur les chemins des landes                barre-de-traction source : http://forum.velotaf.com/

Du Cap Nord à l'Espagne nos vélos nous ont toujours suivis partout et même pour visiter Paris, même dans le métro :

5 vélos sur la voiture! En norvège  

Dans le RER  Pour visiter Paris

En route pour le Cap Nord    Stockholm

 

 Que ce soit pour faire des balades en famille ou pour des parcours plus sportifs :

Traversée des Pyrénées en 6 jours par les grands cols  Baja des guarrigues 

Cirque de Navacelle

Même pour rouler sur l'asphalte, nous sommes toujours restés fidèles au VTT.  J'aime avoir la possibilité de prendre à tout moment les chemins de traverses. Nos balades sur routes se passent toujours sur des petites routes de campagne et  comportent toujours un passage en chemin.

Actuellement, nous préparons nos itinéraires avec Google map : nous choisissons plusieurs points par lesquels nous voulons passer, puis nous laissons le logiciel calculer l'itinéraire avec l'option "piéton". Les cartes Google Map, en tout cas en France, sont d'une étonnante qualité et précision. Cette méthode nous a permis de découvrir des chemins à proximité de chez nous que nous ne connaissions pas et jusqu'à présent, nous n'avons jamais eu de mauvaise surprise : les itinéraires proposés par Google en mode "piéton" passent toujours en VTT. Ensuite nous enregistrons la trace au format KML et la chargeons sur le GPS. Et hop! il n'y a plus qu'à se laisser guider.

Si tout va bien, voici le parcours que nous pourrions faire cet été (il s'agit d'une première approximation).

Afficher Tour de France en vélo solaire sur une carte plus grande

Ce tour est ambitieux et je ne sais pas si nous disposerons d'assez de temps pour le réaliser, compte-tenu que nous voulons aussi profiter des amis sur le parcours et faire quelques haltes. Quoi qu'il en soit, seule l'assistance électrique et l'autonomie procurée par des panneaux solaires me permet d'envisager un tel parcours.  Ce sera aussi et surtout un test de mes capacités.

Pour moi le vélo c'est juste le plaisir simple, ludique et grisant de découvrir des paysages, autonome et indépendante, portée par le vent. Pas besoin de partir en groupe, ni de T-Shirt ostentatoire, de vélo haut de gamme ou de recherche de la performance à tout prix. La lenteur et le fait d'emprunter des "itinéraires bis" permet une approche et une observation des lieux et des gens différentes. C'est finalement une affaire de voyage intérieur, plus qu'un plaisir purement sportif.